5ème dimanche Pâques A

Jésus aime ses disciples avec la tendresse d’une mère ! Il les console de son prochain départ en leur disant qu’il part leur préparer une place où chacun trouvera son bonheur car « il y a beaucoup de demeures dans la Maison du Père ». Je pars mais je reviendrai pour vous prendre avec moi, afin que là où je suis, vous soyez aussi. Ne soyez donc pas bouleversés ! Il sait que leur plus grand bonheur, est d’être avec lui.

« Tu nous as fait pour toi Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en toi. » s’exclame st Augustin. La vie est une lutte, un combat, contre l’Adversaire, contre les tentations, contre le risque de s’installer dans nos habitudes, dans nos égoïsmes, et de se laisser dériver au gré du courant de l’esprit du monde. Le Seigneur connaît les dangers qui nous guettent, c’est pourquoi il veut être proche de chacun de nous.

Nous nous approchons d’autant plus volontiers de Dieu, comme nous y invite l’apôtre Pierre, (2ème lecture) que nous sommes convaincus de la tendresse avec laquelle il nous aime. Nos péchés lui causent du tourment, non de la colère, le tourment de nous voir en danger. Sa colère, c’est sa justice devant notre obstination à ne pas le suivre, mais il n’y a aucun sentiment de vengeance en Dieu, car il nous aime avec le cœur d’une mère, une mère qui veut rassembler ses petits auprès de lui, c’est à dire en lieu sûr. Notre ciel c’est le Cœur du Père, c’est à dire le Sacré-Cœur de Jésus puisqu’ils ne sont qu’un et que nul ne va au Père sans passer par Lui.

Comme on a du mal à le comprendre, il nous envoie sa Mère. Comme à Fatima, où nous retrouvons la même tendresse dans le dialogue de Notre-Dame avec Lucie: « D’où êtes-vous, madame ? Je suis du ciel » Et moi, est-ce que j’irai au ciel ? Oui tu iras. Et Jacinta ? aussi. Et Francesco ? Aussi, mais il doit dire beaucoup de chapelets » Hier on m’a posé la question : Pourquoi cette différence ? Et pourquoi lui n’entendait pas la voix de Notre-Dame ? Etait-ce une punition parce qu’il négligeait ses prières ? Peut-être… Mais cela contredit le fait que des trois enfants, il était le plus intériorisé, le plus contemplatif, et il en a dit des chapelets pour faire plaisir à Jésus et à sa Sainte Mère… Peut être que cela voulait dire simplement que la maman connaissant l’âme de son enfant et sa grande capacité de contemplation et d’intercession, le savait capable de plus de prières que sa sœur ou sa cousine. « Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père » et Dieu sait les dons qu’il a déposé en chaque âme. L’important n’est pas qu’il y ait des différences de gloire entre les saints, mais que chaque saint ait son cœur rempli d’amour. A la seconde apparition, le 13 juin, Lucie demande à la Dame de les emmener au ciel et quand Marie lui répond que Jacinta et Francesco la rejoindront bientôt, mais qu’elle, elle devra rester sur la terre pour rendre témoignage, elle en est toute attristée et la Vierge la console, en lui disant que la grâce de Dieu sera son réconfort…

Qu’elle le soit aussi pour nous, dans nos luttes quotidiennes, en nous rappelant que le ciel n’est pas seulement au dessus de nous, il est en nous et autour de nous. Nous le préparons par notre persévérance dans la prière et en étant tout donné à Dieu et au prochain car, bien que tout dépende de Dieu et de sa grâce, il faut agir comme si tout dépendait de nous, en joignant les mains, et en retroussant nos bras.

Poster un commentaire