Toussaint 2017

Ste Thérèse de l’Enfant Jésus aimait dire que le Paradis était comme un jardin aux fleurs multiples et variées avec de grands lys et d’humbles petites fleurs des champs, chacun ayant son charme propre. L’Esprit de Dieu est assez créatif pour susciter des saints aux multiples visages, de tous âges et de toute condition, de toute langue, de toute culture, différents, par leur personnalité par leur charisme ; mais ils ont tous en commun le « sceau » du Christ imprimé en eux (cf. Ap 7,3), c’est-à-dire l’empreinte de son amour, passé au creuset de la souffrance, comme le suggère la vision de l’Apocalypse. Ils sont tous dans la joie et l’allégresse, la louange et l’adoration de Dieu qu’ils contemplent, parce que, sur la terre ils se sont attachés à Jésus ; non pas un Jésus étheré, désincarné, mais le Jésus de l’évangile, Jésus, Fils de Marie, Jésus qui ne refuse rien à sa Mère, Jésus qui nous donne sa vie et qui nous donne sa mère. C’est ce Jésus là qui fait les saints, en embrasant leur cœur ici-bas ou à défaut, en embrasant leur cœur par le feu de sa justice, dans le purgatoire.

Ceux qui ne passent pas par le purgatoire, sont ceux qui vivent en enfants de Dieu tendus vers les réalités d’en haut parce qu’habités par l’espérance de le voir tel qu’il est.

Tous ces saints ont en commun le martyre au sens éthymologique. Marturos en grec signifie « témoignage », témoignage d’un amour sans réserve pour le Christ; c’est à dire un don total de soi à Dieu et à ses frères. C’est le chemin des béatitudes que l’Evangile nous donne à méditer. Le Chemin qu’a emprunté Jésus et que les chrétiens sont invités à emprunter à sa suite pour une fécondité « qui jaillit en vie éternelle » cad qui fait advenir le Royaume.

Les saints ont été des pécheurs pauvres de coeur, c’est à dire qu’ils s’en remettaient toujours à Dieu dans leurs difficultés et la confrontation de leurs faiblesses, ils ont été doux, cad dociles à embrasser la volonté de Dieu plutôt qu’à faire triompher leur volonté personnelle (les épreuves comme la maladie ou d’autres événements qui contrarient notre volonté humaine peuvent être des occasions de grandir en douceur, quand nous les acceptons et que nous les offrons); ils ont été affamés et assoiffés de justice, en défendant les pauvres et les petits, la veuve et l’orphelin; ils ont été miséricordieux, excusant leurs persécuteurs, ils ont été purs de cœur, artisans de paix, persécutés pour la justice, et Dieu les a récompensé en les faisant participer à son bonheur : la paix ici-bas, et dans l’au-delà, la jouissance de sa Plénitude de vie, d’amour et de joie: «  Le Royaume des Cieux est à eux… »

Nous pouvons demander au Seigneur que cette solennité de la Toussaint ravive en nous le désir du Ciel, le désir d’être unis à cette merveilleuse famille où ne circulent qu’amour et joie. Que nous puissions confirmer ce désir en actes de charité, en paroles de bénédiction et en prières d’intercession, en prenant la main de Marie, Reine de tous les saints, pour nous laisser conduire par l’Esprit vers Jésus et vers notre Bon Père du ciel.

 

Poster un commentaire