1

Homélie Marie Mère de Dieu

Aujourd’hui s’achève l’octave de Noël. Pendant 8 jours la liturgie de l’Eglise nous a permis de célébrer Noël. L’octave est une bienheureuse pratique, qui nous permet de ne pas « zaper » trop vite la contemplation d’un si grand mystère : « et incarnatus est… ». Ce mystère est si grand qu’il résume l’identité unique de notre religion et il contient implicitement tous les autres mystères. Il faut garder précieusement toutes ces choses dans notre cœur, comme le faisait Marie. Et il est tellement juste que Marie soit honorée comme Mère de Dieu en cet octave de Noël ! On ne peut séparer la mère et l’enfant. C’était une antique tradition romaine qui s’est étendue à toute l’Eglise avec la réforme liturgique du Concile Vatican II, car avant, on célébrait la circoncision de l’Enfant Jésus. Mais vous savez que « dans les derniers temps, Marie doit être plus connue, plus aimée, plus honorée que jamais » comme l’a prophétisé Grignion de Montfort.

Depuis l’Antiquité, Marie a été invoquée comme « Mère de Dieu », (Theotokos, en grec) ; on peut dire que c’est la clé de toute la spiritualité mariale. La plus ancienne prière mariale connue, qui date du 3ème siècle utilise l’expression sancta Dei Genitrix, des termes très concrets pour dire que vraiment Marie a mis Dieu au monde. C’est d’ailleurs ce que l’on dit dans le credo : « Il est né de la Vierge Marie ». Certains esprits critiques se demandent pourquoi avoir ainsi détourné une célébration qui était centrée sur le Christ (sa circoncision) au profit de sa mère qui lui est tout de même subordonnée ?

Mais le bienheureux Paul VI a expliqué que cette fête ne détourne pas du Christ, bien au contraire, elle permet de mieux adorer le mystère de cet enfant, qui est à la fois Vrai Dieu, et Vrai Homme ; Qui est le temoin indispensable de cette vérité ? la vierge Marie ! Il est Vrai Dieu parce que Marie est la toujours vierge ; Il est Vrai Homme, parce qu’il a été vraiment conçu en Marie et mis au monde par Elle. Marie n’a pas seulement prêté un corps au divin pour qu’il puisse se montrer aux hommes, elle a donné sa maternité au Fils de Dieu, c’est à dire non seulement son corps, mais aussi son âme, son esprit, son cœur, tout son être. C’est à dire pour toujours ! La maternité ne consiste pas à prêter un amas de cellules juste pour un temps… quand on est mère, on l’est pour toujours ! Marie n’est pas pour autant la source de la divinité de Jésus, bien entendu, mais elle est bien la source, avec le saint-Esprit, de sa nature humaine. Les pères de l’Eglise ont une belle image : Ils disent que Marie fut comme le métier à tisser sur lequel la tunique de l’union des natures s’est trouvée admirablement confectionnée par le Saint-Esprit qui en a été le tisserand.

La deuxième lecture tirée de l’épître aux Galates, nous rappelle que cette maternité divine, est aussi pour nous, pour que nous devenions les enfants d’adoption du Père. Dans quel sens ? Non seulement Marie nous a donné Jésus qui a envoyé sur nous le Saint-Esprit pour que nous devenions enfants de Dieu, mais, plus précisément, nous pourrions dire : De la même façon que le Saint-Esprit s’est uni à Marie, pour concevoir le Fils de Dieu fait homme, Il ne veut pas agir sans Elle pour engendrer les fils et filles de l’Eglise, ses enfants d’adoption ; voilà aussi pourquoi le bienheureux Paul VI a jugé bon de proclamer Marie Mère de l’Eglise, à la fin du Concile.

Soyons heureux d’avoir Marie pour Mère et Jésus pour Père, Frère et Ami tout à la fois, et puisqu’il est d’usage en ce premier jour de l’année de souhaiter nos meilleurs vœux à ceux qui nous sont chers, pourquoi ne souhaiterions-nous pas à l’Enfant Jésus et à sa Mère nos meilleurs vœux, autrement dit que soient exaucés leurs désirs les plus chers… Leur désirs les plus chers quels sont-ils à votre avis ? Que nous accueillions la paix qu’ils nous offrent ! En cette journée mondiale de la paix, apportons notre part indispensable à l’édifice de la paix du monde, en promettant à Jésus et à Marie, sa Mère et notre Mère, de leur ouvrir tout grand notre cœur, afin de nous abandonner sans réserve à la volonté du Père. C’est le moyen le plus efficace de faire progresser le Règne de Dieu qui, dans sa miséricorde, nous concèdera la paix.

Commentaire (1)

  1. Reply
    lézin says

    Merci Père pour l’homélie sur le rôle sacré de la Ste Vierge Marie que beaucoup d’entre nous ignorons. Rappeler la prophétie de st Grignion de Monfort sur sa popularité future est un point fort. À cela pas de doute car dans Magníficat il est dit: « Oui désormais l’on me dira bienheureuse! ». D’autres traductions disent:  » Toutes les générations me diront bienheureuse! »… Dieu est Merveilleux.

Poster un commentaire