21ème dimanche T Ord

Pour les gens qui suis-je ? demande Jésus. Les réponses sont diverses mais la plupart sont fausses; seul Pierre a la réponse juste; une réponse qui ne vient pas de lui-même, mais de l’Esprit Saint. Pour comprendre les choses de Dieu et pour connaître la vérité toute entière, il ne faut pas s’en tenir à ce que disent les gens, à ce que dit le monde, il faut la lumière de l’Esprit qui parle par la bouche du Christ, et de son Eglise, unie à Pierre.
Le Pierre d’aujourd’hui c’est le pape François, que nous sommes invités à écouter, car l’Esprit Saint parle par sa bouche. Il n’impose rien à personne mais il dit la vérité contenue dans l’Ecriture et dans la Tradition de l’Eglise. Je parle ici de Pierre quand il parle au nom de Pierre, c’est-à-dire avec l’autorité magistérielle et non quand il parle entre deux portes… « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise » Jésus donne à Pierre (et à ses successeurs) le don de garantir à chaque époque la solidité de l’enseignement du Christ, en matière de foi et de morale, à savoir : la vérité que nous devons connaître et le bien que nous devons faire. Et il garantit aussi l’unité visible de l’Eglise. A cause de cette mission, le pape bénéficie d’un secours spécial de l’Esprit Saint. Ecouter Pierre, et les évêques unis à lui, c’est être attentif à la voix de l’Esprit, et c’est contribuer à être une pierre vivante de l’édifice, qui a reçu promesse d’éternité.
« Je te donne les clefs du Royaume : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » C’est ce que l’on appelle « le pouvoir des clés », qui est le pouvoir de remettre les péchés, afin d’ouvrir le ciel aux hommes qui ont un sincère repentir de leurs fautes. Ce pouvoir est donné à Pierre et aux apôtres, cad au pape et aux évêques unis à lui, ainsi qu’aux prêtres qui sont leurs collaborateurs, à travers l’administration du baptême et des autres sacrements. Il ne faut pas le voir comme un pouvoir d’autorité (comme dans les petites histoires humouristique où l’on voit St Pierre décidant de l’entrée ou non de chacun dans le paradis) Ce pouvoir d’ouvrir ou de fermer le ciel, par l’entremise des ministres de l’Eglise, est l’œuvre du Saint-Esprit qui sonde les cœurs en vérité, qui sonde la sincérité du repentir de chacun. On peut tromper le prêtre par un manque de vérité ou de sincérité, mais on ne trompe pas le Saint-Esprit. De même le prêtre, par son péché peut manquer de discernement et être un mauvais canal du Saint-Esprit, comme on peut tomber sur un mauvais médecin, mais dans tous les cas l’obéissance et l’humilité glorifient Dieu, et Dieu ne se trompe jamais dans son jugement qui ne regarde pas aux apparences, mais à notre ressemblance au Christ doux et humble.
Demandons au Seigneur la grâce d’aimer le pape, les évêques, les prêtres comme de pauvres serviteurs de Dieu que le Saint-Esprit utilise. Ecoutons ce qu’ils nous disent de la part du Seigneur sans en rester à ce que disent les gens qui jugent la plupart du temps selon des critères de pure apparence.

Poster un commentaire