Sainte Trinité A

Dans le film de Jean Delannoy sur Bernadette, il y a une scène amusante où nous voyons le Curé interroger les enfants du catéchisme sur le mystère de la Sainte Trinité: « Est-ce que le Père est Dieu ? Un doigt se lève et l’enfant répond : « oui, Mr le curé » – bien ! et il lui donne une image. « Est-ce que le Fils est Dieu ? » un autre doigt se lève : « oui, Mr le curé » – Bien ! une autre image pour la bonne réponse. « Est-ce que le Saint-Esprit est Dieu ? » – oui, Mr le curé ! Et en voilà un troisième récompensé… Il termine en posant la question fatidique : « Et cela fait combien de Dieu ? » Et la plupart des enfants répondent en chœur : « trois Mr le curé ! » Et le curé dépité reprend toutes ses images… Finalement Bernadette intervient : « les trois ne sont qu’un seul Dieu, Monsieur le curé » et le prêtre consolé lui dit : « toi Bernadette, tu ne sais rien mais tu comprends tout! ». Cette phrase pourrait résumer l’attitude qu’on devrait tous avoir face au mystère : Accepter avec humilité de ne rien savoir c’est-à-dire de ne pas pouvoir faire le tour du mystère, et faire confiance en ce que Dieu nous révèle par son Fils. Le mystère n’est pas un mur infranchissable, c’est une réalité si grande et si profonde qu’on n’a jamais fini de la sonder et d’en faire le tour.
Bernadette ne sait rien et elle comprend tout parce qu’elle a l’intelligence du cœur, qui appartient à ceux qui expérimentent la Présence de Dieu, présence d’amour et de vérité. Elle sait d’expérience que, ce que Dieu a révélé à Moïse au mont Sinaï, est véridique : « Dieu est l’Unique Seigneur, tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité ». Elle sait aussi que Dieu nous a manifesté pleinement cet Amour en Jésus-Christ, et que cet Amour est relation entre le Père et le Fils et que le don de leur amour nous est offert. C’est le Saint-Esprit, le 2nd Paraclet, qui donne la Vie éternelle, la Vie de Dieu à ceux qui croient au Fils de Dieu. Bernadette a eu beaucoup de mal à retenir les longues prières comme le Credo, mais l’important n’est pas de tout saisir avec sa tête, mais de vivre de foi, de tout saisir avec son cœur. Prenons une comparaison : l’eau est indispensable à notre vie, on est heureux d’en avoir pour boire et se laver. C’est une évidence du cœur. On n’est pas obligé de savoir qu’elle est composée de deux atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène. De la même manière, si notre cœur est ouvert, nous percevons que le Dieu d’Amour révélé en Jésus-Christ, nous est indispensable et comme l’eau nous est offerte gratuitement, l’échange d’Amour entre le Père et le Fils, nous est offert gratuitement par l’Esprit répandu dans nos cœurs depuis notre baptême. Vivons de sa grâce, de la grâce de Jésus-Christ, de l’amour du Père et de la communion du Saint-Esprit pour être capables de nous aimer les uns les autres. C’est le seul chemin qui conduit à la paix, cette paix du cœur à laquelle nous aspirons tous, car tous nous avons été créés par Lui et pour Lui.

Poster un commentaire