Sainte Rita de Cascia est une des saintes les plus populaires parmi les catholiques. Elle est connue comme la sainte des ” causes désespérées”, la ” sainte de l’impossible “. Les chapelles qui lui sont dédiées à Paris, au cœur de Pigalle, à Nice, dans les ruelles du quartier populaire, et ici même à Valcluse, voient passer des milliers de fidèles chaque mois. Pourtant, la vie de sainte Rita, morte en 1447 (26 ans après Ste Jeanne d’Arc), est peu connue même de ses fidèles.

Sainte Rita
Sainte Rita
Sainte Rita

Sa vie dans le monde

Rita (diminutif de Margarita) est née au mois de mai 1381, dans un hameau de Cascia au cœur de l’Ombrie (à 130 km au nord de Rome). Elle fut l’enfant inespérée de la vieillesse de ses parents, dont on sait peu de choses si ce n’est qu’ils étaient de fervents chrétiens. Toute jeune, elle veut se consacrer à Dieu contrairement au projet de ses parents. Docile, elle se laisse marier à un homme du pays, noble et fortuné. Elle lui donnera deux jumeaux. Son mari se révèle dur et violent, mais la prière persévérante de Rita, et sa douceur héroïque, auront peu à peu raison de ce tempérament coléreux. Après 18 ans de vie conjugale, Rita sera déchirée par le décès brutal de son mari, traîtreusement assassiné, suite à des querelles de clans fréquentes dans l’atmosphère de guerre civile de l’époque. Elle souffrira plus encore de voir ses deux fils, entreprendre de venger leur père. Ne pouvant les convaincre de pardonner, elle supplie Dieu de les préserver de ce grave péché. Peu de temps après, une épidémie de peste les emportera tous les deux, non sans qu’ils se repentent de leur projet fratricide. Demeurée seule, Rita s’emploie à réconcilier les clans ennemis, et pardonne aux assassins de son mari.

Sa vie religieuse

Elle se consacre à Dieu au couvent des Augustines de Cascia où elle se met au service des plus pauvres. Sa vie d’union à Dieu est telle que le Seigneur lui accorde de partager un peu de sa Passion : Un vendredi saint de 1441, son front fut touché par une épine de la couronne du Christ. Il s’y formera une plaie douloureuse, purulente et malodorante dont Rita supportera l’humiliation toute sa vie, par amour du Christ et pour le salut des pécheurs.

Sa mort

Rita s’éteint à 76 ans, un âge  avancé pour l’époque. Sa mort s’accompagne de signes miraculeux : un rosier du couvent fleurit en plein hiver, et la plaie de son front exhale un céleste parfum de rose. Certains témoignent avoir vu son âme monter au Ciel, dans un halo de lumière. Immédiatement, les habitants de Cascia et des environs l’honorent comme une Sainte, et les prières sur son tombeau obtiennent toutes sortes de miracles. Ste Rita sera béatifiée au 17ème siècle et canonisé en 1900. Son corps, miraculeusement conservé, repose  à Cascia, dans le sanctuaire qui lui a été dédié au début du 20ème siècle. Les miracles qui lui sont attribués sont innombrables, et des chapelles lui sont dédiées dans le monde entier.