homélie 2ème dimanche T Ord C

Jésus est invité à des noces à Cana en Galilée. Chose curieuse, on ne nous dit rien du couple qui se marie, parce que ce n’est pas l’événement historique de ce mariage qui est important, mais le message théologique qu’il véhicule. St Jean est le plus mystique des évangélistes ; en filigrane de ces noces, il y a les Noces de Dieu avec son peuple : nous sommes destinés à vivre un mariage avec Dieu. Ce couple est anonyme parce que chacun de nous doit pouvoir s’identifier à lui. C’est à cette profondeur de lecture que St Jean veut nous conduire. L’Epoux c’est le Christ. L’Epouse c’est l’Eglise, c’est l’âme humaine en qui habite la plénitude du Saint-Esprit, et qui est promise à un héritage royal, celui de partager la gloire et l’éternité de Dieu.

Ce mariage avec Dieu est le but de notre vie sur la terre. Il adviendra au jour de notre mort ou au Retour du Christ à la fin des temps. On s’y prépare ici-bas par notre docilité à accueillir et à faire croître le Saint-Esprit qui veut habiter et demeurer en nous pour y déployer ses dons et charismes, comme énumérés dans la 1ère épître de St Paul aux Corinthiens (12) .

« la mère de Jésus était là » nous dit St Jean. Voilà un détail qui a toute son importance dans ce récit puisque St Jean en parle avant même d’évoquer la présence de Jésus. Il souligne ainsi le rôle capital de cette humble médiation humaine qu’est la Vierge Marie dans la réussite de ce mariage, qui concerne, je vous le rappelle, Dieu et nous. A côté de l’Epoux qui est Jésus, se tient Marie, sa Mère ; présence indispensable pour nous, car elle est la Femme qui vit déjà de ces noces avec Dieu depuis le premier instant de sa conception et elle est notre Mère dans l’ordre de la grâce, c’est à dire celle qui par sa médiation d’intercession et d’éducation, nous enfante à la docilité au Saint-Esprit. Plus encore, Elle est Celle qui ouvre la porte à l’effusion du Saint-Esprit qui jaillit du Cœur de son Fils jusque dans nos coeurs. Dans toutes nos détresses, la mère de Jésus et notre Mère, est là, pleine de miséricorde et de compassion, qui se tourne vers son Fils pour lui dire : « ils n’ont plus de vin… » et il y a un tel mystère d’union entre ces deux Cœurs, que Jésus ne peut rien lui refuser. Jésus lui répond : « Femme, Ti moï kai soï , quoi pour moi et pour toi ? » sous entendu (c’est une interprétation possible selon les exégètes) « quel mystère nous unit Moi, Nouvel Adam, et Toi nouvelle Eve, pour que tu me presses ainsi d’intervenir? » Ils sont tellement unis dans une même Volonté de sauver l’humanité que malgré la réponse de Jésus “mon heure n’est pas encore venue”, Marie ne doute pas une seconde que Jésus va manifester sa gloire : « Faites tout ce qu’il vous dira » ! Et Jésus exauce la demande de sa mère et la conséquence en sera son premier miracle qui inaugure son ministère public : D’une situation de détresse totale, surgit une situation nouvelle inespérée qui restaure la paix et la joie dans la communauté.

Quel avantage pour nous de comprendre ce mystère, et d’être tout proche de Marie ! Aujourd’hui, comme hier à Cana, Marie nous dit : « faites tout ce qu’Il vous dira ». Il nous dit de puiser l’eau de la prière persévérante ; de puiser l’eau de l’amour fraternel ; de puiser l’eau du sacrifice patiemment supporté en union à son Saint Sacrifice, qui se perpétue dans l’Eucharistie ; et c’est sûr : nous goûterons le vin nouveau de Sa consolation, de Sa paix, dès maintenant, avec l’espérance à peine croyable que notre terre, aujourd’hui « délaissée », sera bientôt appelée « La Préférée ». Ne nous lassons pas d’invoquer Marie, de prier avec Elle son Fils, de l’écouter, sans mettre d’obstacle à l’action de l’Esprit, « Il nous exaucera en peu de temps » comme l’a écrit dans le ciel de Pontmain la Vierge Marie. C’est aujourd’hui le 145ème anniversaire de cette apparition qui dura trois heures. Rappelez-vous: 4 petits enfants de 9 à 12 ans voient la Vierge le soir du 17 janvier 1871, alors que tant de familles du village sont dans l’angoisse à cause de leurs fils retenus au front. Marie ne dira rien mais va inscrire dans le ciel étoilé ce message : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps ; mon Fils se laisse toucher » Sachons prendre les moyens de toucher le Cœur du Seigneur.

Poster un commentaire